lundi 26 novembre 2012

Un mariage en 1900 : des photos originales


Les généalogistes comme les amateurs de photographies anciennes connaissent tous ces tirages moyen format où les invités de la noce, debout sur plusieurs rangs, entourent les jeunes mariés au centre de l'image et leurs parents figés dans une pose avantageuse. C'est un classique du genre.

Logiquement, le mariage de ma grand-mère maternelle n'aurait pas dû échapper à la règle. Elle s'est mariée à Pau en 1900 : le mariage civil a eu lieu le 22 novembre à cinq heures du soir, à l'Hôtel de ville, et le mariage religieux deux jours plus tard, en l'église Saint-Martin, à quelques pas du boulevard des Pyrénées.

Julia entre à l'église au bras de son père

Les deux seules photos qui relatent l'événement sont pour le moins originales. La première a été prise avant la cérémonie. Le photographe, placé dans l'allée centrale, a saisi l'instant décisif où Julia pénètre dans l'église au bras de son père. Le visage du cocher à l'arrière-plan complète le triangle formé par les trois personnages. Il est juché sur le siège de la voiture qui vient de les déposer devant le porche et il tient dans ses mains les rênes et le fouet qui lui permettent de guider les chevaux.

Théodore Fourcade, quarante-cinq ans, habit noir et cravate blanche, fleur à la boutonnière, les mains gantées tenant le haut-de-forme, a l'air grave. Il conduit sa fille à l'autel. Julia avance les yeux baissés, sans doute intimidée par la foule qui se presse de part et d'autre du tapis déroulé à ses pieds. Elle n'a que dix-huit ans. Sa taille incroyablement fine est mise en valeur par le contre-jour qui illumine le voile derrière elle.

La sortie de l'église

La seconde photo a été prise à l'issue de la cérémonie. Cette fois, le photographe opère depuis un endroit surélevé, de façon à obtenir une vue d'ensemble. Il a déclenché au moment où le couple franchit le porche. Le bicorne du Suisse et le reflet de sa hallebarde se détachent sur le fond sombre. Le cortège n'est pas visible, mais une foule se presse à l'extérieur pour apercevoir les jeunes mariés. Une voiture les attend. Les chevaux arborent des rubans et une silhouette sous un parapluie indique l'humidité du temps automnal.

Ces photos constituent la trame d'un véritable reportage. Sont-elles destinées à alimenter la rubrique mondaine du journal local ? Je l'ignore. Certes, les deux familles appartiennent à un milieu social relativement aisé.

Le père de la mariée est négociant chemisier. Son magasin, situé en centre ville à l'angle de la rue des Arts (1) et de la rue Nouvelle-Halle (2), a entre autres clients le prince de Galles. Le marié, Maurice Maitreau, est pour sa part greffier au Tribunal civil d'Oloron-Sainte-Marie. Son père, capitaine d'infanterie à la retraite, chevalier de la Légion d'honneur, a quelques biens, dont il fait régulièrement l'inventaire dans un carnet destiné à sa fille Marie. Son principal souci, alors qu'il a près de quatre-vingts ans : respecter une stricte égalité entre ses deux enfants.

Quoi qu'il en soit, ces deux photos nous invitent au cœur de l'événement, avec infiniment plus de force que le traditionnel cliché de groupe. Qu'en pensez-vous ?



(1) Actuelle rue Valéry-Meunier
(2) Actuelle rue du Maréchal-Foch

8 commentaires:

  1. Bonjour Dominique,

    Bienvenue dans la blogosphère généalogique et félicitations pour ce début.

    Ces photos me font penser comme vous à un reportage photographique. Avez-vous fait une recherche sur Gallica dans la rubrique Presse et Revue ? Je ne sais pas si le journal est en ligne mais il faut tenter la recherche.
    Pas de presse numérisée en ligne sur le site des AD 64 non plus.

    Si vous ne connaissez pas déjà, je peux vous recommander de prendre contact avec l'association Gen&O http://www.geneoweb.org/

    Au plaisir de vous lire !

    A bientôt

    Sophie

    RépondreSupprimer
  2. Je pense que ces photos sont tout simplement magnifiques. Bien plus 'parlantes' que les photos de mariage classiques. La première photo, en particulier, dégage une grande émotion.
    Merci !
    Elisabeth Zetland

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour,

    Je me joins a Sophie pour vous souhaiter la bienvenue dans le monde merveilleux et passionnant de la blogosphere genealogique ;-)

    Gregory

    RépondreSupprimer
  4. Bonsoir Dominique,

    Très beaux témoignages, magnifiques images.

    Je vous souhaite moi aussi bienvenue et longue vie à votre blog. Je suis convaincue qu'il est essentiel que de nouveaux blogueurs nous rejoignent, pour que la blogosphère généalogique soit vivante, animée par les échanges, les partages...

    Bonne continuation dans vos recherches et votre écriture.

    Tatiana
    blog Entre nous et nos Ancêtres | Yvon Généalogie

    RépondreSupprimer
  5. @ Tatiana
    Merci pour ces encouragements. J'ai moi aussi plaisir à lire votre blog.

    RépondreSupprimer
  6. Je copie ici le commentaire qu'Hélène Soula m'autorise à publier.

    "Bonjour Dominique,

    ces photos sont finalement très modernes et actuelles, telles qu'on peut les prendre de nos jours. J'ai été frappée moi aussi par la taille incroyablement fine de votre grand-mère. Sans logiciel de retouche photo... mais sans doute avec corset !

    Je trouve enfin que votre texte est très agréable à lire : à la fois sobre et précis, avec des infos bien amenées. Bref, j'aime beaucoup !

    Hélène"

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour dominique, et bravo de t'être lancée dans l'aventure .... et de bien belle façon de plus
    Je vais avoir beaucoup de plaisir à suivre ce blog

    RépondreSupprimer