samedi 27 avril 2013

X comme père inconnu


Eh bien, voilà, il n'y aura jamais que quatorze quartiers (et non pas seize) dans mon arbre généalogique ! À une dizaine d'années d'écart, deux de mes arrière-grands-mères du côté paternel ont eu chacune un enfant naturel. Je n'en fais pas un drame, d'autant que ces deux femmes me paraissent avoir fait preuve de caractère.

Source Photopin
J'ai déjà évoqué Madeleine Laubret. Je vais vous entretenir aujourd'hui d'Élisabeth Marie Letourneau.

Dans Heredis, du moins la version bleue que j'utilise sur mon Mac, l'édition d'une fiche individuelle détaillée permet d'obtenir ce que Sophie Boudarel appelle une ligne de vie(1). J'en extrais les informations suivantes.

Élisabeth Marie Letourneau a dix-neuf ans et elle est qualifiée d'ouvrière (sans plus de précision), lorsqu'elle donne le jour à Emmanuel(2) Marie, le 21 novembre 1845, au domicile de ses parents. Ceux-ci habitent dans la Grand-Rue, à Château-Gontier. Le père, qui fut menuisier, est maintenant "porteur de contraintes" : il notifie les mises en demeure de payer le percepteur ! Plus tard, il sera également agent d'assurances.

L'année suivante, lors du recensement, Élisabeth réside toujours à la même adresse, en compagnie de son grand-père maternel, cordonnier, de ses parents et de cinq de ses frères et sœurs. Le petit Emmanuel ne figure pourtant pas sur la liste : aurait-il été confié à une nourrice ?

Maisons anciennes, Grand-Rue, Château-Gontier
Il réapparaît dans les deux recensements suivants (1851 et 1856), contrairement à sa mère, qui a peut-être déjà quitté Château-Gontier. La maisonnée est d'ailleurs de plus en plus réduite, au gré des mariages des frères et sœurs d'Élisabeth. L'enfant, qui n'a pas encore dix ans, est vraisemblablement élevé par ses grands-parents.

Le 25 août 1857, la trentaine passée, Élisabeth se marie à son tour avec un cultivateur de Villevêque, dans le Maine-et-Loire. Le bourg, qui compte environ 1 600 habitants, est situé à une quinzaine de kilomètres au nord-est d'Angers. Il semble qu'Élisabeth réside avant son mariage au lieu-dit de la Fontaine, différent du lieu de résidence de son époux, Joseph Jacquelin. N'y voyez là aucun mauvais esprit de ma part, juste un constat. Elle signe "Elisa Letourneau". Ses parents sont présents à la mairie.

De cette union, vont naître deux garçons, Joseph Marie en juin 1858 et Adolphe Emmanuel(3) Marie en juin 1864. Les enfants voient le jour au lieu-dit de la Fontaine, où le couple a dû s'installer.

Je n'ai pour l'instant pas d'autre information jusqu'au mariage d'Emmanuel Letourneau, le 17 novembre 1873 à Angers. Ce jour-là, Elisabeth reconnaît dans l'acte de mariage qu'Emmanuel est son enfant naturel. Elle est qualifiée d'aubergiste et signe "femme Jacquelin", histoire de marquer qu'elle est une épouse respectable, sans doute.

Lorsque leurs deux garçons, Joseph et Adolphe, se présentent au conseil de révision, respectivement en 1878 et 1884, les époux Jacquelin n'ont pas quitté Villevêque.

Élisabeth décède finalement le 10 juin 1894, à une heure et demie du matin (les officiers de l'état civil sont beaucoup plus précis que les prêtres). Elle avait alors soixante-sept ans. Dans l'acte de décès, elle est qualifiée à la fois de ménagère et de cabaretière, et son mari de cultivateur.

Un détail titille mon imagination : elle rend son dernier soupir dans son habitation, au lieu-dit Mon Idée. Or ce toponyme, qui ne figure apparemment ni sur les cartes de Cassini, ni dans "la France à la loupe"(4), ni dans le Dictionnaire historique de Maine-et-Loire de Célestin Port, existe encore bel et bien de nos jours.  Il suffit de consulter la liste des lieux-dits de Villevêque dans l'Annuaire des mairies et villes de France(5) pour le vérifier. Alors, mon ancêtre serait-elle à l'origine de ce toponyme ? Aurait-elle ainsi appelé son auberge ? Mais comment le vérifier ?

Une femme de caractère, je vous dis.


(1) Voir sur son site La Gazette des Ancêtres, à la rubrique Boîte à outils, l'article "Organisez vos données en créant une ligne de vie".
 (2) Chronologiquement, première apparition de ce prénom dans mon arbre généalogique.
 (3) À nouveau ce prénom, surgi de nulle part.
 (4) Logiciel édité par BSD Concept, qui permet de localiser communes et toponymes sur la carte de France.
 (5) Dont voici l'adresse : http://www.annuaire-mairie.fr/

2 commentaires:

  1. comme vous, j'ai choisi ce thème pour illustrer le X dans le challenge AZ avec X comme X = INCONNU
    (http://familypuzzle.fr/?p=1739)
    Je suis curieuse de savoir comment vous nommer les pères inconnus et leurs ascendants dans votre arbre généalogique.
    Merci

    RépondreSupprimer
  2. EH bien, je ne les nomme pas puisque je ne sais pas qui ils sont. Et je sais encore moins quels sont leurs ascendants. Je pense que les cases resteront vides, sauf si j'obtiens des informations par d'autres sources.

    RépondreSupprimer