lundi 3 juin 2013

Un imprimeur fait sa publicité


Je vous ai déjà parlé de mon arrière-grand-mère Madeleine Augustine Laubret, née à Salbris en 1835. J'ai repris ces jours-ci mes recherches dans les archives numérisées du Loir-et-Cher, avec d'autant plus de plaisir que la nouvelle visionneuse en a nettement amélioré l'accès (vitesse d'affichage et mise au point plus performantes, notamment).

La lecture des registres recèle toujours son lot de surprises et ceux de Salbris n'échappent pas à la règle. Je vous recommande le registre paroissial de 1792. Il ne vous aura pas échappé que c'est une année charnière, avant l'apparition du calendrier révolutionnaire et la mise en place des registres d'état civil tenus par les officiers municipaux. Les imprimeurs voient s'ouvrir un nouveau marché et celui de Romorentin en profite pour faire sa publicité.

D'abord avec ce papillon collé sur la couverture du registre paroissial :

AD Loir-et-Cher, Salbris 4 E 232/89

Puis avec cet avis sur la page de garde :

AD Loir-et-Cher 4 E 232/89

La lecture attentive de ce texte laisse quand même planer un doute sur les capacités du préposé à la correction !



5 commentaires:

  1. tu chipotes, dominique :) Quand je suis devant un texte manuscrit de cette époque, je n'ose d'ailleurs jamais parler d'orthographe, je ne suis pas bien sûre que leurs usages étaient les mêmes que les notres :)
    en tout cas j'adore ce genre de mentions sur les registres

    RépondreSupprimer
  2. Je l'ai remarqué aussi chez mes ancêtres de Romorantin et il m'a beaucoup fait rire !

    RépondreSupprimer
  3. Très opportuniste l'imprimeur!... au niveau du marketing, il aurait pu être de notre temps.

    RépondreSupprimer
  4. Il avait tout compris sur le "faire savoir" cet imprimeur !
    Pour ce qui est de l'orthographe, certes il pouvait différer un peu à cette époque, mais il y a quand même des espaces et des caractères étranges dans cette "réclame", donc pour le "soin particulier qu'on donne à la correction" j'ai moi aussi des doutes.

    RépondreSupprimer
  5. Déjas a cette époque la concurrence était rude

    RépondreSupprimer