lundi 16 décembre 2013

Dernier bilan avant les fêtes


En cette période de l'Avent, les généablogueurs font le point sur leur année généalogique, suivant en cela les suggestions de Sophie Boudarel : permettez-moi d'en faire autant.

Deux pistes de réflexion pour ce billet :
  • Mes recherches proprement dites,
  • Mes résolutions, prises en décembre dernier, pour l'année 2013.

Source Icon Archive


Difficile de mesurer les progrès accomplis dans mes recherches généalogiques sur les douze derniers mois, car je n'avais pas fait de bilan comparable l'année dernière à la même époque.

Disons simplement que j'ai aujourd'hui 645 ascendants directs identifiés, dont 8 à la quatorzième génération, ce qui nous emmène quand même à la toute fin du XVIe siècle, à l'époque des Valois. C'est peu et c'est beaucoup. Je m'explique : lorsque j'ai entamé la consultation des registres paroissiaux, je n'imaginais pas remonter si vite et si loin, mais, restons modestes, cela ne représente guère que 4 % de mes 16 382 ancêtres potentiels sur quatorze générations !

Chiffre que je n'atteindrai d'ailleurs jamais, pour de multiples raisons dont celle-ci : je ne connais que 14 de mes arrière-arrière-grands-parents ; en effet, sous la Monarchie de Juillet, du temps où Louis-Philippe était roi des Français, Madeleine Laubret et Elisabeth Marie Letourneau donnèrent le jour, l'une à Salbris et l'autre à Château-Gontier, à des enfants naturels de père inconnu. Cela réduit déjà sensiblement le champ des possibles.

Mais soyons positifs : j'ai identifié 100 % de mes aïeux identifiables sur les six premières générations (56 individus au lieu de 64, donc), 90 % de la septième génération et près de 80 % de la huitième.

Si je voulais établir un classement de mes AAGP au vu des membres de leur lignée ascendante figurant dans ma base de données, le podium serait le suivant :
  • Jeanne Pinier, largement en tête avec 169 ancêtres, dont une certaine Perrine Ermouin, née vers 1568, qui est à ce jour ma plus lointaine ancêtre identifiée,
  • L'époux de Jeanne Pinier, Jean Baptiste Troussier, second avec 84 ancêtres, dont un couple qui célébra son mariage en février 1616,
  • Elisabeth Marie Letourneau, encore elle, troisième avec 78 ancêtres.

Les branches les plus fournies se situent sans surprise dans les départements du Maine-et-Loire et de la Mayenne, où les archives sont particulièrement accessibles de longue date. A contrario, certaines branches ne sont guère développées, soit parce que les départements concernés n'ont toujours pas mis leur état-civil en ligne (regard appuyé en direction des Hautes-Pyrénées et du Gers), soit parce que les registres ne sont pas parvenus jusqu'à nous (là, je fais allusion à Husson, dans l'extrême sud de la Manche, un peu plus de 200 habitants aujourd'hui, mais quatre fois plus au temps de la Révolution).

En tout état de cause, je ne me pose pas en "collectionneuse d'ancêtres". Je préfère approfondir mes connaissances sur chaque couple, leurs métiers, leurs enfants, les lieux où ils ont vécu, les événements auxquels ils ont été confrontés… il m'arrive même de faire des recherches non seulement sur les témoins nommés dans les actes, mais également sur le curé ou sur le maire du village ! Une forme de sérendipité, qui conduit parfois à des trouvailles inattendues.

Passons maintenant aux résolutions prises pour l'année 2013. Rappelez-vous, je vous en avais fait part le 31 décembre dernier, sous le titre "La procrastination, ça suffit" (bon, vous aviez peut-être la tête ailleurs à ce moment-là).

Je n'ai pas encore fait d'incursion à la librairie de la Voûte, ce n'était pas le plus urgent, mais je n'ai pas pour autant manqué de lecture cette année, loin de là. Il faudra que je vous raconte cela un jour.

Je n'ai malheureusement pas remis les pieds au Centre d'accueil et de recherche des Archives nationales, le fameux CARAN, depuis une première visite, au cours d'un atelier sur les archives notariales en… mai 2012 ? Bigre, c'est à mettre en tête de liste pour 2014 ! Ceci fera l'objet d'un autre billet.

Je n'ai pas eu non plus l'opportunité d'aller aux Archives départementales du Maine-et-Loire, afin de vérifier si l'un de mes ancêtres Maitreau avait acquis des biens nationaux, sous la Révolution (comme je l'en ai soupçonné, à partir d'une simple mention dans le Dictionnaire historique de Célestin Port). Vaste sujet, là aussi, d'autant que ce même François Maitreau est décédé de mort violente en 1794. Autre récit en perspective !

Cette année, j'ai donné la priorité aux Archives de Paris et à mes ancêtres normands, venus s'installer dans la capitale vers le milieu du XIXe siècle : les bobines de microfilms pour l'état civil reconstitué et pour le Bottin, les registres de catholicité, les registres matricules… j'ai bien débroussaillé le terrain, même s'il reste encore des documents à examiner. Les déclarations de succession, par exemple.

Et puis, résonnez trompettes, j'ai franchi la porte du Service historique de la Défense ! Où je dois retourner très prochainement, pour consulter enfin les dossiers de mes ancêtres militaires. J'espère que le résultat sera à la hauteur de mes attentes, ce dont je ne manquerai pas de vous faire part.

Bref, la procrastination n'est pas tout à fait vaincue, mais mon naturel optimiste m'incline à penser que cette année fut plutôt positive sur le plan généalogique. Suffisamment, en tous cas, pour alimenter régulièrement ce blog. Et je ne vous ai rien dit des rencontres amicales, sur la toile ou dans la vraie vie, qui l'ont agrémentée !

5 commentaires:

  1. Et en 2013, tu as vaillamment tenu ce blog que nous sommes nombreux à lire avec plaisir tous les lundis matin :)
    Brigitte

    RépondreSupprimer
  2. Ne pas être un collectionneur d'ancêtres : une bien belle résolution !

    RépondreSupprimer
  3. Tout en ayant l'air d'un chien de chasse qui renifle à droite et à gauche, tu as fait preuve en réalité de beaucoup de méthode et tu peux être fière de tous les ancêtres que tu as, non pas collectionnés mais approchés et connus. Nous attendons la suite de ton blog avec impatience. Bonnes fêtes !

    RépondreSupprimer
  4. Tu es ma bonne découverte de l'année ! Bonnes fêtes de fin d'année et vivement 2014 pour te lire encore !

    RépondreSupprimer