lundi 2 décembre 2013

Qui a égaré les registres ?



J'ai reçu, il y a quelques jours, une alerte GeneaNet. Me voici à nouveau plongée dans la branche Doison, vers la dixième génération de mes ancêtres, quelque part du côté du Louroux-Béconnais.

Pour ceux qui ne connaîtraient pas cette charmante localité, située à vingt-cinq kilomètres à l'ouest d'Angers en direction de Candé puis de Châteaubriant, le Dictionnaire historique de Célestin Port nous apprend qu'elle comptait 340 feux, soit mille cinq cents habitants environ, au début du XVIIIe siècle (j'aurais aimé des informations sur la fin du XVIIe siècle, mais bon !). Pays de landes et de cultures, avec un nombre considérable de hameaux éparpillés sur le vaste territoire de la paroisse. C'est encore le Maine-et-Loire, mais la Bretagne n'est pas loin.

Le site des Archives de ce département est particulièrement riche et d'un accès facile. J'y retourne donc avec plaisir, à la recherche de l'acte de baptême de François Doison. En mai 1676 d'après les informations recueillies sur GeneaNet.

Vieux papiers, source Photopin

Je tombe tout d'abord sur une bizarrerie ; la collection communale de la fin du XVIIe siècle comprend plusieurs registres dont les périodes se chevauchent :
  • 1665-1678 (13 janvier),
  • 1674-1683,
  • 1678-1681,
  • 1682-1685.
 Commençons par le premier. Dernier acte de l'année 1676, un baptême daté du 4 mai, suivi de cette note laconique, dont je respecte l'orthographe :
"Le reste des baptesmes sec. de cet an 1676
est perdu ce qui est confiremé à la fin
du registre de 1675.
"

Pas de trace de François Doison.

Pas de trace non plus de la mention de perte, dans les pages précédentes. Passons au deuxième registre. La voici, cette mention :
"Nota que le registre de papier des baptesmes
mariages et mortuailles ou est escrit le baptesme cy dessus
qui est l'année mil six cent soixante seize avec son original
ont esté perdus chez le greffier et gardes des registres
d'Angers.
"

Me voilà mal partie, mais ne perdons pas espoir, quelqu'un a trouvé la solution, puisqu'il a indiqué une date précise sur GeneaNet. Je tourne la page et je découvre une note, signée R. Serezin, "curé de la ditte paroisse du Loroux Beconnais et en possession de laditte cure du premier avril mil six cent soixante dix neuf". Non, ce n'est pas un poisson d'avril !

Le curé en question explique que, s'étant rendu à Angers en décembre 1687, il a acheté de ses propres deniers un registre pour y recopier tous les actes à compter de l'année 1674, au cas où les originaux se perdraient. Cet homme était-il un maniaque de l'ordre ou cherchait-il à occuper ses longues soirées d'hiver ? je penche pour la première hypothèse.

En effet, suivent les années 1674 à 1682, avec indication du folio du registre original pour chaque acte, et une table alphabétique des baptêmes, mariages et sépultures pour chaque année. Bon, le classement alphabétique se fait sur les prénoms, mais quand même ! il y a là de quoi satisfaire amplement un généalogiste. Seule l'année 1683 s'interrompt en novembre et ne comporte pas de table. Rien de grave, il existe un autre registre, qui couvre les années 1682 à 1685, et qui semble être l'original sur papier timbré.

L'année 1676, celle qui m'intéresse au premier chef, comporte néanmoins une particularité ; le curé indique qu'il a trouvé "un espèce de registre de la ditte année lequel est defectueux" : mélanges, actes manquants… C'est sans nul doute celui que j'ai consulté en premier. Après enquête auprès de ses paroissiens, René Serezin apprend que les procureurs de fabrique, chargés de présenter chaque année les deux registres et d'en déposer un exemplaire au greffe du diocèse d'Angers, ont manifestement oublié de rapporter le deuxième.

Qu'à cela ne tienne ! Tout d'abord, notre curé prend soin d'obtenir une décharge auprès du doyen, puis il demande aux paroissiens de lui indiquer les actes manquants, laissant pour cela des pages blanches dans le registre, au cas où…

Piètre résultat : pour la période concernée, de mai à décembre 1676, il recueille les témoignages pour sept événements seulement, cinq baptêmes, un mariage et une sépulture. Ouf, le baptême de François Doison fait partie du lot ! Cela donne ceci :
"Environ le mois de may mil six cent soixante
seize a este baptisé francois fils de Ancelot
Doyson closier à la buffiere et de Julienne
pinard pinaud son epouse parain francois
Doyson closier à moyron maraine charlotte
Aubert demeurant en ce bourg et ce par
mr. crannier ainsy que nous en a fait le
rapport ledit Ancelot Doyson pere".

La lecture des autres actes rapportés est révélatrice des repères temporels de l'époque : "le jour de St Michel", "le jour de St Jean des festes de Noel", "le jour de saint Laurant"… Soit respectivement les 29 septembre, 27 décembre et 10 août, si je ne me trompe.

Décidément, la lecture des registres paroissiaux réserve souvent bien des surprises. Nous avons beaucoup de chance qu'ils soient parvenus si nombreux jusqu'à nous, à travers les vicissitudes du temps, sur quatre ou cinq siècles…

3 commentaires:

  1. Un travailleur de l'ombre que ce curé. Tu peux le remercier à près de 3 siècles et demi d'écart.

    RépondreSupprimer
  2. Bravo, Dominique. Tu vois, il ne faut jamais désespérer.

    RépondreSupprimer