lundi 13 janvier 2014

Mais où diable chercher le baptême de Joseph Maitreau ?


Puisque le généathème du mois de janvier proposé par Sophie Boudarel porte sur les épines généalogiques, en voici une qui m'agace depuis un certain temps.

Joseph Maitreau porte le numéro Sosa 96 dans mon arbre généalogique, c'est l'arrière-grand-père de mon arrière-grand-père Achille Maitreau(1). Un solide gaillard, marié trois fois, père d'au moins onze enfants, qui a traversé tout le XVIIIe siècle, avant de décéder le 18 mai 1791 et d'être inhumé le lendemain, à l'âge de 88 ans selon les dires de René François Julien Boussinot, curé de Concourson.

Source PhotoPin
Mais reprenons l'histoire depuis le début. Joseph Maitreau est l'un des fils de Pierre Mestreau, maréchal (de nos jours, on dirait maréchal-ferrant), et de Perrine Floneau ou Flonneau. Ces derniers se sont mariés le 22 février 1700 à Saint-Pierre des Verchers, aujourd'hui les Verchers-sur-Layon, dans le Maine-et-Loire.

Le couple a donné le jour à huit enfants, dont sept ont été baptisés dans la même paroisse de Saint-Pierre des Verchers :
  • Pierre le 13 novembre 1701,
  • Antoine le 28 août 1704,
  • Perrine Jeanne le 22 octobre 1711,
  • Jean le 17 décembre 1714,
  • Louis le 27 septembre 1717,
  • François le 8 février 1719,
  • René le 10 juin 1723…
… et Joseph, quand et où ?

L'affirmation du curé de Concourson au moment de sa sépulture voudrait qu'il soit né vers 1703, mais je n'ignore pas que l'âge indiqué dans l'acte est une approximation, d'autant moins précise que la personne en question est fort âgée. Un octogénaire peut-être, un vieillard sûrement aux yeux de son entourage, fils, petit-fils et gendres présents lorsqu'il est porté en terre.

J'ai également remarqué le rythme des naissances des enfants du couple Mestreau-Flonneau : une environ tous les trois ans, parfois plus, parfois moins, mais un intervalle exceptionnellement long, plus de sept ans entre Antoine et Perrine Jeanne.

Joseph a bel et bien existé, je ne l'ai pas inventé. Il s'est marié trois fois.

Avec Marie Douet tout d'abord, le 3 juillet 1731 à Concourson : l'acte indique "Joseph Metreau fils de Pierre Metreau marechal et de Perrine Flonneau de la paroisse de St Pierre de Verché". Aucun doute sur son identité. Sept enfants vont naître de cette union.

Avec Anne Coulbault ensuite, le 16 février 1745 à Cernusson. L'acte indique que Joseph est "veuf de Marie Douet en premières noces, fils de Pierre Maistreau marechal et de Perrine Felonneau ses père et mère". C'est bien la même personne. Le couple aura quatre enfants, dont mon ancêtre François.

Avec Jacquine Foucher enfin, le 21 juin 1757 à Saint-Georges-sur-Layon. L'acte précise "Joseph Mestreau fermier, veuf d'Anne Couillebault de la paroisse de Concourson". Toujours le même bonhomme. Pas d'enfant cette fois-ci. L'épouse avait 35 ans environ lors du mariage selon le prêtre, mais en réalité plutôt 46 ans, sauf erreur de ma part.

J'ai, bien entendu, épluché divers registres sur une période allant de 1700, année du mariage des parents de Joseph, à 1711, année de naissance de sa sœur Perrine Jeanne :
  • Le répertoire soigneusement établi pour la paroisse de Saint-Pierre des Verchers, listant tous les baptêmes année par année, avec pour chaque enfant les noms et prénoms de ses parents,
  • Les registres proprement dits de la même paroisse, pour le cas où un baptême aurait échappé au rédacteur du répertoire,
  • Les registres de Saint-Just des Verchers, paroisse voisine,
  • Les registres de la Lande des Verchers,
  • Les registres de Concourson.

Environs des Verchers-sur-Layon selon carte de Cassini

Rien, nada, niente. Alors, je continue en appliquant la technique de l'escargot ? Cela pourrait être ma résolution du mois, mais si vous avez mieux à me proposer, je prends !


(1) Voir "Le dossier Achille Maitreau"

10 commentaires:

  1. Un petit escargot, dans ces cas là, je ne vois pas mieux. C'est crispant ces ancêtres qui se cachent, on a toujours l'impression que dans une fratrie c'est le notre qui manque.
    As tu vérifié dans le registre principal si toutes les années se suivent bien ? Parfois j'ai trouvé une année, va savoir pourquoi, dans un registre qui n'est pas le bon ...

    Bonne chasse

    RépondreSupprimer
  2. Ah ! les épines en généalogie... Qui n'en a pas ?

    RépondreSupprimer
  3. En fait je commencerais par faire une recherche sur tous les frères de Joseph, pour voir si pour chacun il y a un acte de mariage ou un acte de décès... Si un des petits Maitreau n'a que son acte de baptême, j'éplucherais celui-ci, voir si le nom de son parrain ne serait pas Joseph...
    Le nom de baptême n'est pas toujours le prénom usuel, malheureusement à part répétition des deux prénoms inversés dans différents actes, le seul moyen de s'en assurer est un acte notarié.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement, j'ai eu la même idée et j'ai épluché les actes concernant tous les frères de Joseph qui sont bien des personnes distinctes : ils sont présents à ses mariages successifs et mariés à d'autres épouses. Le conseil est néanmoins tout à fait judicieux.

      Supprimer
  4. A tout hasard, as-tu recherché quelques années avant le mariage au cas où Joseph soit né hors-mariage ?
    Sinon, avant de te lancer dans l'escargot, regarde aussi parmi les parrains et marraines des autres enfants, si certains d'entre eux venaient d'autres villages. Cela peut fournir des pistes de recherches, ou du moins des villages à regarder en priorité.
    Bon courage pour les recherches !
    Elise

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'ai regardé les années précédentes (grâce au répertoire), même s'il ne faut pas perdre de vue que ce Joseph est mort en 1791 et que ses parents s'étaient mariés en 1700 ! Quant aux parrains et marraines des frères et soeurs, il n'y a pas d'indication de leur paroisse d'origine…

      Supprimer
  5. Bonjour,
    Je découvre votre site et une idée me trotte dans la tête étant originaire du Poitou... la religion prétendue réformée a-t-elle fait des adeptes par chez vous ? Et votre ancêtres aurait-il pu être baptisé et/ou marié par un pasteur itinérant ? J'ai bien compris qu'il y avait beaucoup de curé dans cette histoire mais... les familles de cette époque étaient sensibles à la réforme des esprits proposée par le calvinisme. Dans ces cas-là, peut-être existe-t-il des registre de pasteurs "au désert" dans votre département.
    Cordialement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'y ai pensé sans trop m'y attarder, car les sept frères et soeurs sont tous baptisés selon le rite catholique. Et les trois mariages de Joseph sont également célébrés par un prêtre de l'église catholique, sans abjuration préalable de la "religion prétendue réformée".

      Supprimer
  6. Avez-vous des renseignements sur les ascendants de Joseph, ses grands-parents, des oncles ou tantes, avant l'escargot (efficace parfois mais que je garde vraiment en dernier ressort tellement je n'aime pas y avoir recours) une recherche sur les différents mariages, baptêmes de ces ascendants peut donner une paroisse intéressante.

    Autre piste, se renseigner si une paroisse était plus proche que les autres du lieu de résidence, j'ai déjà vu des baptêmes chez un oncle pour commodités ou chez le curé voisin, en l'absence du curé desservant

    RépondreSupprimer
  7. Oui, j'ai déjà essayé ces différentes pistes, sans succès pour l'instant.

    RépondreSupprimer